travelshare

Mon expérience humanitaire au Vietnam

Découvrez mon expérience humanitaire à Ho Chi Minh City, Vietnam

Vietnam

Je suis arrivée le 1er juillet à l’aéroport de Ho Chi Minh City, après un vol de 12 heures. J’ai rejoint les autres bénévoles au centre (qu’on appelait ‘the accomodation’). La première semaine était une semaine de découverte. Nous avons eu des cours de Vietnamien (pour apprendre les bases et savoir se débrouiller), nous avons eu des cours de cuisine locale où nous avons appris à faire des nems et des rouleaux de printemps (j’avais mis trop de porc dans les nems, ce qui fait qu’ils n’ont pas assez cuit et je suis tombée malade). Nous avons visité le War-Museum où nous avons découvert la guerre du Viet Nam du point de vue des Vietnamiens (communistes). Nous avons fait beaucoup de petites visites durant cette semaine, afin de passer du temps ensemble et d’apprendre à nous connaître.

Durant a première semaine de bénévolat, je me rendais chaque matin dans un orphelinat tenu par des sœurs. L’âge des enfant variait entre quelques mois et 14 ans. Le matin, nous aidions à rénover l’orphelinat (nous refaisions le carrelage), et l’après midi je donnais des cours d’anglais avec Sarah (une portugaise) à des enfants d’environ 7 ans.

Des bénévoles arrivaient chaque dimanche, on m’a donc proposé de changer d’orphelinat afin de laisser une place aux nouveaux arrivants. Durant mes deux dernières semaines, j’ai donc été placée dans un orphelinat Bouddhiste (le Bouddhisme est leur religion), tenu par des moines. Au milieu de la cour se tenait un temple où se déroulaient souvent des prières.

A cet orphelinat, je me suis occupée d’enfants souffrant de démences cognitives (autisme et autres maladies neuro-développementales), mais souffrant également de maladies physiques telles que la scoliose, atrophie des membres, etc. Il fallait donc les faire marcher (avec des espèces de déambulateurs), et leur donner à manger, ce qui demandait du temps et de l’attention. Quand il faisait beau, nous les emmenions dehors et nous leur chantions des comptines. Le midi, on rentrait manger au placement, pendant qu’ils faisaient leur sieste. Ensuite nous revenions pour les réveiller et les faire marcher, puis on leur donnait le diner vers 16 h (à chaque fois c’était de la bouillie peu appétissante mais ils ne savent pas mâcher donc on ne peut rien leur donner d’autre).

Vietnam
Vietnam
  • On rentrait au placement vers 18h, pour manger (les Vietnamiens mangent très tôt). La plupart du temps, on sortait le soir. Le rituel du mercredi était d’aller à l’acoustic bar (free drinks for ladies between 9 and 10pm), où des artistes venaient réinterpréter des chansons connues (bruno mars, etc). C’était très sympa ! On sortait au sky bar le jeudi soir, un rooftop au 92e etage qui nous permettait de voir tout ho chi minh éclairé.

    Sinon on sortait dans la Backpacker street, la rue de la ville où il ya tous les bars et boîtes pour les touristes. Un verre coûte 70 000 Dongs (2,50 €).

    Un soir sur deux, avant d’aller en soirée, on allait faire des ‘blind massage’, ce qui nous coûtait 100 000 dongs pour 1 heure (soit environ 3,50 €). Là-bas, on se fait masser par des aveugles.

    Pour se déplacer, on prenait des uber bike (ce sont des scooters, car tout le monde roule en scooter). La première fois c’est un peu flippant car tout le monde roule n’importe comment mais après on s’y fait.

    Pour traverser la route, il faut juste lever le bras et les gens en scooter te contournent pendant que tu traverses une route blindée de scoots. On prend vite l’habitude !

    Le week-end nous partions à Muy Ne (prononcer (mou-né)), où il y avait la plage et les dunes de sables pour faire du quad. Nous sommes aussi allés au Mekong Delta où nous étions sur des bateaux pour faire les marchés flottants.

    Ce fût une expérience très intéressante et cela m’a permis de faire de belles rencontres des 4 coins du monde (Chine, Etats unis, Canada, Espagne, Italie, Danemark, Portugal, Australie, Irlande, Angleterre, Ecosse, Norvège…)

Raphaëlle W